Historique de la paroisse

La paroisse de Sainte-Foy a été fondée en 1698 mais une chapelle dédiée à la Vierge Marie y avait été bâtie en 1669. C’est en 1700 que fut érigée une église à l’intersection du chemin Sainte-Foy et de la route de l’Église.

Elle fut incendiée en 1760 puis en 1918, date à laquelle fut construite l’église de pierre qui est au centre du parc de la Visitation qui a elle aussi été incendiée
en 1977.

Les différentes paroisses qui découpaient la ville de Sainte-Foy ont été fondée entre 1953 et 1963, au fur et à mesure que cette banlieue prenait de l’expansion. Elles ont alors été détachées de la paroisse-mère, Notre-Dame-de-Foy. En 1991, alors que le manque de prêtres se faisait déjà sentir, l’archevêque de Québec nomme une seule équipe pastorale pour les paroisses de Sainte-Geneviève, de Saint-Mathieu et de Saint-Denys qui furent dissoutes et fusionnées à celle de Notre-Dame-de-Foy, la paroisse mère, le 1er janvier 2000. Le 1er janvier 2004, ce fut au tour de la paroisse Saint-Jean-Baptiste-de La Salle de s’y joindre alors que, le 1er janvier 2014, les paroisses de Saint-Benoît-Abbé et de Sainte-Ursule étaient fusionnées ensemble tout comme celles de Saint-Louis-de-France et de Saint-Yves.

Entretemps, l’église Saint-Denys, est vendue en 2009 et deviendra la bibliothèque Monique-Corriveau. En 2011, l’archidiocèse de Québec publie un cadre de référence intitulé La charité du Christ nous presse dans lequel sont rappelés les nouveaux défis de l’évangélisation, la diminution
des ressources humaines et la précarité des finances, facteurs qui commandent l’allègement des structures administratives paroissiales.

En 2015, l’archevêque confie à un seul curé et à son équipe pastorale l’ensemble des communautés de ces trois paroisses de l’ouest de Sainte-Foy qui seront regroupées le 1er janvier 2017 sous le nom de Notre-Dame-de-Foy. La même année, la nouvelle assemblée de fabrique propose un plan directeur immobilier (PDI) qui juge trois églises excédentaires, soit les églises Saint-Louis-de-France, Notre-Dame-de-Foy et Sainte-Geneviève. On a tenu compte de l’étendue du territoire à desservir, d’une répartition des églises aux quatre coins du plateau de Sainte-Foy, de la conservation des églises offrant les meilleures possibilités, de l’exploration de nouvelles activités communautaires et de l’ouverture aux occasions d’affaires qui pourraient se présenter.

En ce qui concerne les églises excédentaires, on cherchera aussi à promouvoir des projets compatibles avec les besoins du milieu environnant. Le 17 juin 2020, on a annoncé la vente de l’église Saint-Louis-de-France au ministère de la Santé et des Services sociaux qui bâtira une maison des aînés sur son emplacement.